Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 23:08

 

poing-rouge (1)

 

 

Existe t-il un mouvement anti-impérialiste en France?

La véritable histoire des anti-impérialistes en France est glorieuse mais occultée. Du soutien au soulèvement mené par Abd El Krim en 1926 malgré des années de prison aux réseaux clandestins de soutien à la guerre de libération algérienne, des Comités Vietnam de Base, catalyseurs de Mai 68, à Boudarel faisant face aux bouchers de la résistance vietnamienne, des FTP-MOI aux Comités Palestine crées par des ouvriers de Renault, s'est écrite une histoire lumineuse alors que les principales forces de gauche et de droite étaient attachées à la défense de la France impérialiste.

Le fil de cette histoire s'est rompu. Pour le comprendre il suffit de poser une question. Existe t-il en France une opposition réelle aux guerres impérialistes ? Qui s'oppose aux ventes d'armes (des dizaines de Rafales vendus à l'Inde en 2011) aux récentes expéditions en Côte d'Ivoire, en Libye, aux projets d'interventions en Syrie ou en Iran? Il règne au contraire un lourd consensus autour de la propagande favorable aux intervention impérialistes (protéger les peuples des tyrans locaux et aider les "oppositions démocrates"). Ce sont pourtant les mêmes arguments ressassés depuis les temps de la sinistre "mission civilisatrice", marque distinctive de la France coloniale, et du partage de l'Afrique à Berlin en 1885. On le voit bien, il est plus que jamais nécessaire qu'un mouvement anti-impérialiste vivant et offensif voit le jour. Mais pour cela il faut d'abord balayer un immense tas d'ordures. 
 
Nous savons que la bourgeoisie de gauche partage le credo et les menées de l'impérialisme français. Deux exemples parmi tant d'autres pour ne pas être frappé d'amnésie : PS (SFIO à l'époque) et PCF organisant en 1956 la guerre totale contre le peuple et les patriotes algériens; la gauche sous Mitterrand plongeant sous les bombes l'Irak en 1991 ou co-responsable en 1994 du génocide rwandais. Mais le consensus ne se limite pas à la « gauche de gouvernement ». Nous savons désormais qu' en 2011 toute une "extrême-gauche" s'est retrouvée derrière le Président de l'Impérialisme français dans le soutien à une opération France-OTAN-Qatar qui a ravagé la Libye.  Est-ce un hasard? Non. Cette collusion sera sûrement une tâche indélébile dans l'histoire de l'internationalisme.  Mais c'est surtout  le résultat logique d'une imposture, le fruit d'une opposition en trompe l'oeil qui choisit entre la peste et le choléra, c'est le résultat d'une vision du monde digne des enfants gâtés du capitalisme.

Sauver un peuple s'il accepte le suicide tel est le fin mot de l'humanisme européen. Car les humanistes qui chantent ici les louanges des "droits de l'homme" aiment à plaindre les opprimés lorsqu'il sont désarmés et très éloignés de leur confortable hexagone. Léon Blum pleura  le martyr du peuple espagnol assassiné alors qu' il avait refusé son armement face au fascisme. Des larmes de crocodile. La même hypocrisie perdure. Combien de campagnes tonitruantes mais surtout "pacifiques" pour soutenir les héroïques peuples Palestinien et Libanais sans remise en cause du sionisme dans sa globalité, sans reconnaissance de la légitimité de la lutte armée pour un peuple occupé? Combien de campagnes de solidarité sans que jamais un mot ne soit prononcé pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah, communiste libanais,  prisonnier en France depuis 28 ans pour son combat contre la domination sioniste et impérialiste sur le Proche-Orient? C'est un énorme scandale. Avoir abandonné un résistant de la cause palestinienne et libanaise, pris en otage par notre propre impérialisme.

Soutien aux guerres de l'Empire du Bien, réduction de la cause des peuples à l'humanitaire, voilà le résultat de l'abandon du combat anti-impérialiste. Mais l'absence de mouvement anti-impérialiste n'est pas le simple résultat d'une série de démissions, de volte-face et du train-train des fossiles réformistes. Pour soutenir les luttes de libération nationale et les luttes révolutionnaires encore faut-il défendre une conception révolutionnaire. L'impérialisme n'est pas une anomalie monstrueuse, extérieure à la démocratie capitaliste. Au contraire il en est l'essence. Le pillage des pays dominés par l'impérialisme est l'autre face de l'exploitation du prolétariat ici et maintenant et du maintien de 8 millions de personnes en France vivant sous le seuil de pauvreté. La lutte anti-impérialiste ne se résume pas à la lutte anti-coloniale. L'impérialisme est un stade du capitalisme, cela signifie que la critique de l'un ne va pas sans la critique de l'autre. Le colonialisme n'est qu'un des aspects, brutal et barbare, de la méthode de production et de préservation des richesses. La violence du capitalisme est souvent dissimulée, invisible, quotidienne mais elle est à l'origine des violences plus manifestes. La violence plus visible du chien de guerre impérialiste ou du colon est inséparable de celle du capitalisme « civilisé » car elle est créée par lui. On ne peut condamner l'une sans condamner l'autre.

C'est pour cette raison que l'anti-impérialisme ne peut être que révolutionnaire. Aujourd'hui deux lignes de démarcation sur cette question sont déterminantes pour (re)construire un authentique mouvement anti-impérialiste :

-Défendre les Guerres Populaires menées par les peuples d'Inde, de Turquie, du Pérou et des Philippines, et dirigés par des Partis Communistes Maoïstes (qui en entend parler ici auprès des organisations "révolutionnaires" ayant pignon sur rue?). Défendre ces révolutions qui visent au renversement du vieil Etat des exploiteurs et laquais de l'impérialisme en instaurant le pouvoir des ouvriers et paysans.

-Défendre le droit à l'auto-détermination des peuples qui vivent sous les fers de l'impérialisme français. L'impérialisme français est notre ennemi principal comme il l'est pour les peuples des Antilles, de la Guyane, de la Réunion, de la Kanaky, de Mayotte et des autres peuples placés sous sa sphère d'influence.

Assez de gadgets! Soit on comprend la réalité dans sa complexité soit on reste un réformiste. L'anti-impérialisme ne se limite pas à combattre les effets de la domination (racisme, tendance au fascisme, Françafrique, etc). Sans s'attaquer à la racine du mal et sans défendre de nouveaux rapports sociaux (le communisme) on se fait le serviteur conscient ou non d'une des formes de la société de classe. Une société libre ne peut voir le jour que par la destruction du capitalisme quelque soit le masque qu'il porte. 

Il est suicidaire de détourner les aspirations populaires et l'espérance d'une société sans exploitation vers une volonté passéiste. Dénoncer l'islamophobie bien réelle des Sarkozy et compagnie (dont Hollande) tout en soutenant les Sarkozystes barbus en Tunisie et Egypte , c'est aussi poignarder les luttes révolutionnaires. La barbe ne fait pas l'imam disait un rappeur  inspiré. Il est vrai que les vociférations anti-occidentales n'ont jamais empêché les pétromonarchies du Golfe de servir l'ordre impérialiste. Effectivement, c'est une autre face de l'impérialisme qui au nom de "l'Islam politique" s'impose en Egypte ou en Tunisie sur le dos du "printemps arabe". 

D'autres imposteurs trafiquent avec la notion d'anti-impérialisme en l'accouplant au nationalisme français, son ennemi intime. En fait, l'absence d'un courant anti-impérialiste révolutionnaire a laissé un boulevard à toutes les théories fascisantes sur la "domination mondiale" qui pullulent sur le net.  Qui profite de toute de toute cette confusion? L'anti-impérialisme est ainsi tronqué, falsifié, inoffensif, retourné en son contraire, il devient une simple étiquette que l'on s'attribue pour mieux en vider le contenu.

Existe t-il un mouvement anti-impérialiste en France ? Non! Il faut l'inventer

A bas l'impérialisme !

A bas le sionisme !

Troupes Françaises, hors d'Afrique et d'Afghanistan !

Vive les Guerres Populaires en Inde, au Pérou, en Turquie et aux Philippines!

Construisons le comité anti-impérialiste de France

Partager cet article

Repost 0
Published by anti-imperialiste - dans Comité anti-impérialiste
commenter cet article

commentaires

giuseppe 08/05/2012 09:12

la lutte antiimpérialiste ne passe pas que par le soutien aux insurrections de type maoistes-naxalites en inde,pcp au pérou et new's people army aux philippines-,mais aussi aux guérillas
colombiennes-farc/ep et eln-et mexicaines-epr et ezln.