Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 17:37

 

 GIA

 

 

Déclaration au meeting du 19 décembre 2012

 

 

      Tout d’abord nous tenons à remercier les organisateurs de cette initiative pour la libération de Georges Abdallah. C’est important de remettre le combat pour la liberté de ce prisonnier politique dans un cadre anti impérialiste car il ne s’agit pas de mener une quelconque solidarité parce que cela fait depuis le 24 octobre 1984 qu’il ait enfermé mais parce que sa lutte qu’il a mené avec ses camarades s’est toujours inscrit dans un contexte de guerre à l’encontre de forces occidentales qui considèrent toujours l’Orient comme leurs chasses gardées de manœuvres criminelles et de soutien avec à des régimes corrompus.

 

     Cela fait donc 28 ans que Georges est emprisonné dans les geôles de l’état français. Comme il le dit lui même c’est un prisonnier de guerre ; de cette guerre civile libanaise qui continue de produire ses effets par l’occupation de territoire par les sionistes et la présence de forces d’occupation de l’ONU sous prétexte de séparer les belligérants. La France est le principal pourvoyeur en soldat de cette FINUL qui ne fait rien d’autre que de surveiller la résistance et de renseigner ainsi les services de renseignement occidentaux. Les Etats Unis sont le donneur d’ordre de cette mission car « la sécurité d’Israël » prime sur tout. Un soutien inconditionnel qui le socle de toute ingérence impérialiste dans cette région depuis 1948.

Par conséquence les Etats Unis surveillent attentivement les événements en Egypte où le nouveau pharaon doit conserver le pouvoir et réprimer absolument toute opposition afin de préserver le traité de paix de camp David et l’approvisionnement en gaz de l’entité sioniste. Sa préoccupation pour la Syrie relève du même objectif. Là il s’agit de trouver de bons collabos aptes à céder définitivement aux sionistes le Golan et l’accès au lac Tibériade la plus grand réserve d’eau douce de la région et évidement de détruire les camps de refugiés palestiniens et les organisations de la résistance palestinienne.

Peu importe si ce pays finit en un tas de cadavre et de ruine, les précédents iraquien et libyen illustre bien le cynisme d’apporter une soi disant liberté par les bombes. Oh bien sûr loin de nous de soutenir des dictateurs anti communistes et anti progressistes dont l’un des premiers des objectifs furent d’anéantir les partis communistes et massacrés méthodiquement ses militants mais que les choses soient claires il est hors de question pour le Secours Rouge Arabe d’approuver une intervention impérialiste ou d’appeler à soutenir des forces obscurantistes et réactionnaires. Regardons en Lybie où après avoir éliminer une dictature et ses camps d’internement pour ceux qui fuient la misère et ses collusions avec les occidentaux est à présent revenu des décennies en arrière avec la privatisation de l’énergie au profit des compagnies étrangères et la déstabilisation de la région saharienne avec en prime une autre campagne d’attaque pour éradiquer parait t il « une nouvelle base du terrorisme internationale » alors qu’il s’agit de protéger les gisements d’uranium de l’industrie nucléaire française au Niger. À chaque fois le capitalisme est derrière l’impérialisme comme le décrit Lénine.      

 

   Les révoltes dans les pays du Maghreb et du Machrek ont certainement permis de chasser des pouvoirs corrompus mais grâce à l’aide des petro monarchies du Qatar et d’Arabie Saoudite, de nouveaux dirigeants ont pris le relais pour maintenir le même système répressif et sauvegarder les intérêts économiques de l’Occident. Seules des forces progressistes et communistes pourront permettre à ces pays de devenir réellement indépendants, c’est la tache qu’accomplissent actuellement des camarades en Tunisie, en Egypte, au Maroc ou à Bahreïn.  

 

     En revenant à Georges Abdallah demain une audience aura lieu à la suite de l’appel du parquet. Dans son discours du 14 décembre il explique distinctement quelles sont les commanditaires de son maintien en prison: les Etats Unis. Il ne sert rien de distinguer les différents ministres de la justice, le donneur d’ordre ordonne, point barre. Il suffit de lire la déclaration de l’ambassadeur étasunien du 21 novembre pour prouver une nouvelle fois l’ingérence de ce pays dans cette affaire. De même que de trouver un interlocuteur au sein des structures politiques au Liban est absurde car le donneur d’ordre ne veut pas que Georges Abdallah soit libre. Il doit être libéré depuis 28 ans car son combat contre l’impérialisme est à l’hauteur de la destruction de son pays par les sionistes. Pour nous il n’a aucune peine à accomplir pour ces actes de résistance, c’est pour cette raison que nous nous ne disons pas qu’il est libérable depuis 1999.

 

    Au Secours Rouge Arabe c’est un prisonnier de la guerre de classe comme tant d’autre dans les geôles des états impérialistes comme les camarades communistes dans l’état espagnol, comme les camarades communistes en Italie, comme les camarades de Lutte révolutionnaire qui passent en procès actuellement à Athènes.

 

    La liberté pour Georges Abdallah est une lutte qui s’inscrit dans le combat global contre l’impérialisme et le capitalisme. Partout où ces fléaux sévissent nous devons soutenir les camarades prisonniers qui refusent abdiquer face à l’ennemi de classe.

« Comme vous voyez, Camarades, la crise globale du système ne cesse de s’approfondir et la situation des masses populaires ne cesse à son tour d’empirer, aussi bien ici dans les centres impérialistes, que là-bas chez nous dans les périphéries du système. Précarisation, chômage et guerres s’offrent au quotidien comme banale réalité et unique horizon. Elles ne peuvent désormais que susciter la mobilisation et la combativité des masses populaires et attiser toujours plus révoltes et protestations à l’échelle planétaire. »

 

Déclaration de Georges Abdallah - Lille - manifestation du 18 novembre 2012.

 

Paris, le 18 décembre 2012

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by anti-imperialiste - dans Georges Abdallah
commenter cet article

commentaires